Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

TerraForm Labs accuse Citadel Securities d’avoir joué un rôle dans la déstabilisation de sa stablecoin

TerraForm Labs accuse Citadel Securities

Partagez l’article :

TerraForm Labs, fondé par Do Kwon, a récemment pointé du doigt le market maker Citadel Securities, l’accusant d’avoir joué un rôle déterminant dans la déstabilisation de sa monnaie stable TerraUSD (UST). Selon TerraForm, Citadel aurait participé à un effort international visant à déconnecter le UST de sa parité. Pour étayer ses allégations, TerraForm a demandé à Citadel de fournir plusieurs documents qui, selon elle, prouveraient l’implication de ce dernier dans la déstabilisation du UST.

Une motion au tribunal déposée contre Citadel par TerraForm Labs

Dans le cadre de ses accusations, TerraForm Labs a déposé une motion auprès du tribunal de district des États-Unis dans le district sud de la Floride. Cette motion vise à contraindre Citadel Securities à produire des données en réponse à une assignation à comparaître adressée à un tiers.

D’après les infos sur l’actu crypto, TerraForm insiste sur le fait que ces documents sont essentiels pour sa défense dans le procès intenté contre elle par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis. La SEC accuse TerraForm Labs et son fondateur, Do Kwon, d’avoir orchestré une fraude aux actifs cryptographiques de plusieurs milliards de dollars.

La déstabilisation du UST avec l’affaire TerraForm-Citadel

La motion déposée par TerraForm suggère que la déstabilisation du UST en mai 2022, où la monnaie stable est passée de 1$ à 0,02$, a été causée par des participants tiers qui ont intentionnellement vendu à découvert la monnaie stable.

TerraForm a également évoqué des preuves publiques suggérant que Ken Griffin, à la tête des entités Citadel, avait prévu de vendre à découvert le UST au moment de sa déstabilisation.

La réponse de Citadel

Face à ces accusations, Citadel a fermement nié toute implication. Dans une publication datant de mai 2022, Citadel a affirmé ne pas échanger de monnaies stables, y compris le UST.

En réponse aux assignations initiales, Citadel a informé TerraForm qu’elle n’avait effectué aucune transaction sur les instruments financiers Terra ou les tokens natifs Terra. Citadel a aussi ajouté qu’elle ne possédait aucun document pertinent à ce sujet.

La suite des événements

Si le juge en charge du dossier refuse de contraindre Citadel à fournir les documents pertinents, TerraForm a demandé que l’affaire soit transférée au tribunal de district des États-Unis pour le district sud de New York afin qu’une décision soit prise par le juge Jed Rakoff.

Finalement, cette affaire met en lumière les tensions croissantes entre les entreprises traditionnelles et les acteurs du monde des crypto-monnaies. Seul l’avenir nous dira comment cette affaire évoluera et quelles seront les implications pour les deux parties impliquées.

Bon à savoir : Ferrari s’ouvre à la cryptomonnaie |

>